Source Livre « Entreprises vivantes, ensemble, elles peuvent changer le monde » 

Les entreprises redynamisées

. L’entreprise libĂ©rĂ©e : autonomie aux salariĂ©s (ex : Chronoflex)
. L’entreprise transformatrice : transfo collective (ex : Socla)
. L’entreprise agile : tirer avantage du changement par sa vitesse d’adaptation (ex : DĂ©cathlon)

Les entreprises orientées qualité de vie

. L’entreprise locale en rĂ©seau, favoriser la notion de communautĂ© (ex : les amap)
. L’impact investing : des financeurs (ex La Nef)

L’entreprise orientĂ©e crĂ©ation de valeur globale

solutions aux grands défis de la planÚte (ex : Enercoop)

Économie collaborative

consommation (ex : blablacar),
openknowledge (ex : wikipedia),
production (ex : fablab),
finance (ex : crowfunding)

L’entreprise proche de la nature

Co agir avec son Ă©cosystĂšme (ex : Yves rocher)

L’entreprise dans une logique de social business

régler des problÚme sociaux (ex : microcrédit)

L’ENTREPRISE PROGRESSISTE

Source : « La RSE et au delà : questionner la stratégie, la gouvernance et le management » séminaire du 10/01/19 France Stratégie

«  Le modĂšle de l’entreprise progressiste s’inscrit dans ces nouveaux concepts. Il vise Ă  associer l’économie Ă  l’humanisme, en amenant l’entreprise Ă  contribuer Ă  deux objectifs :
. poursuivre sa prospĂ©rité Ă©conomique
. et contribuer à un monde meilleur. »

1/ La raison d’ĂȘtre : Ajouter une contribution Ă  la sociĂ©té.
EXEMPLES
Michelin : « Offrir Ă  chacun la meilleure façon d’avancer »
Danone : « Apporter la santĂ© par l’alimentation au plus grand nombre »
Camif : « Proposer des produits et services pour la maison conçus au bĂ©nĂ©fice de l’homme et de la planĂšte ».

2/ Les Valeurs : 4 grandes valeurs humanistes dans ses relations avec TOUTES ses Parties Prenantes :
. le respect  : des identitĂ©s, des besoins, de l’environnement,
. l’équité : considĂ©ration, absence de relation dominant/dominĂ©,
. l’honnêteté : transparence, droit Ă  l’erreur, confiance,
. et l’ouverture aux autres : curiosité, diversité, tolĂ©rance, altruisme, gĂ©nĂ©rosité.

3/ La Stratégie
. la RSE fait partie intégrante de la stratégie
. stratégie RSE rattachée à la Direction générale
. stratĂ©gie qui s’inspire de concepts (Ă©conomie collaborative, sociale, circulaire, de la fonctionnalité, dĂ©veloppement durable, Ă©coconception, commerce Ă©quitable, etc.), de nouvelles façons de faire et de rĂ©fĂ©rentiels (GRI, ISO 26000, certification B Corp, rapport intĂ©gré, performance globale, etc.) et de politiques d’entreprise s’appuyant sur le dialogue social et des modes de gouvernance responsables.
. et donne la priorité au temps long. « 

4/ Création de valeur partagée
« l’entreprise progressiste crĂ©e de la valeur pour chacune de ses parties prenantes : cinq « value prop » :
-les salariĂ©s : attractivité des salaires avec parcours de dĂ©veloppement, perspectives de carriĂšre, congĂ©s parentaux, dĂ©veloppement des compĂ©tences, etc. (la « marque employeur ») ;
– les fournisseurs : un vrai partenariat pour faire ensemble : Ă©coconception, qualité, innovation et participation, avec l’entreprise, Ă  l’exercice de rĂ©flexion stratĂ©gique ;
-le territoire : le territoire doit vouloir garder ou attirer –
-l’entreprise ;
-les clients ;
-les actionnaires. »

5/ La gouvernance
« La gouvernance doit se dĂ©finir et s’exercer dans une perspective de pĂ©rennité et de respect des parties prenantes.
Les rĂ©sultats d’une entreprise, aujourd’hui, sont fonction du talent, du capital et du temps. Il importe donc que le talent soit Ă  la table du conseil d’administration ; et de cette Ă©quation dĂ©coulent trois Ă©volutions :
. le conseil d’administration est le gardien de la pĂ©rennité
. le conseil d’administration doit s’ouvrir aux parties prenantes (aux salariĂ©s mais aussi aux autres parties prenantes par le biais des administrateurs indĂ©pendants dotĂ©s d’un mandat allant dans ce sens) ;
. le conseil d’administration est le lieu de dĂ©libĂ©ration de la stratĂ©gie. »