Introduction
1) Les états financiers prévisionnels initiaux
– RentabilitĂ© : Compte de rĂ©sultat
– TrĂ©sorerie : plan de financement (an), plan de trĂ©sorerie (mois)
2) Les écarts entre : prévisions // réalisés
3) Les états financiers prévisionnels ré-estimés
Conclusion

INTRODUCTION

La vie de l’entreprise, d’un point de vue financier, dĂ©pend de 2 paramĂštres trĂšs importants :
– sa trĂ©sorerie ,
– sa rentabilitĂ©,
– Et de leur Ă©quilibre financier.

Ces paramÚtres sont à anticiper via le prévisionnel financier, à réaliser :
– avant une crĂ©ation d’entreprise, afin de vĂ©rifier sa viabilitĂ©,
– avant chaque nouvel exercice social, afin de s’assurer de l’équilibre financier. Ce qui peut ainsi amener l’entreprise Ă  modifier sa stratĂ©gie initialement prĂ©vue.

Le calcul des Ă©carts entre le rĂ©alisĂ© et le prĂ©visionnel devra se faire Ă  intervalles rĂ©guliĂšres afin d’identifier les raisons des Ă©carts, et d’y apporter des actions correctives.

Le Prévisionnel financier annuel sera à ré-estimer :
– rĂ©guliĂšrement en cours d’annĂ©e, chaque mois ou chaque trimestre en fonction de la rĂ©alitĂ© comptable,
– lors de toute nouvelle dĂ©cision interne importante (nouvel investissement par exemple) ou Ă©vĂšnement externe impactant l’entreprise (nouveau concurrent par ex),
Et ainsi amener l’entreprise en cours d’annĂ©e Ă  modifier sa stratĂ©gie.

1) Les états financiers prévisionnels initiaux : Rentabilité & Trésorerie

1.1) Rentabilité : Le compte de résultat

Etape 1 : compléter chacune des rubriques du compte résultat détaillé : voir exemple tableau excel Société Mirabelle.

–  Calculer le Chiffre d’Affaires en fonction de l’étude de marchĂ© prĂ©alable (exemple : 20 clients par jour Ă  50€ le repas sur 300 jours travaillĂ©s = 300 000 € HT de CA),
– Calculer les frais variables (ex : coefficient moyen achats Ă  ventes de 2 = 150 000€ ht d’achats de matiĂšres),
– Calculer les frais fixes gĂ©nĂ©raux : edf, assurance, tĂ©l, expert-comptable
demander des devis aux fournisseurs.
– Calculer les charges sociales, impĂŽts et amortissements (consulter son expert-comptable).
– Calcul du seuil de rentabilitĂ© : chiffre d’affaires minimum Ă  rĂ©aliser dans l’exercice pour couvrir au moins toutes les charges de cet exercice.
– Tous les montants seront en Hors Taxe (sans tva) si votre organisation est assujettie Ă  la tva, sinon TTC.
– A rĂ©aliser de prĂ©fĂ©rence sur au moins 3 ans, voir plus.

Etape 2 : synthÚse du compte de résultat.

L’établissement du compte de rĂ©sultat prĂ©visionnel mettra ainsi en Ă©vidence la rentabilitĂ© dĂ©gagĂ©e : bĂ©nĂ©fice ou perte.
Bénéfice ou perte à intégrer dans le plan de financement ensuite.
La stratĂ©gie de l’entreprise sera rĂ©examinĂ©e au vu de ces 2 Ă©tats prĂ©visionnels : compte de rĂ©sultat et plan de financement.

1-2) Trésorerie : plan de financement (an), plan de trésorerie (mois)

* Plan de financement sur 3 ans

– Fonds de roulement (FR) : est dĂ©fini comme l’excĂ©dent de capitaux stables, par rapport aux emplois durables, utilisĂ© pour financer le Besoin en Fonds de Roulement.
– CapacitĂ© d’autofinancement :
Flux potentiel de TRESORERIE dont dispose l’entreprise
=          résultat net comptable
+ charges calculées (dotations aux amortissements et provisions)
– les produits calculĂ©s des reprises sur provisions et amortissements
– Besoin en fonds de roulement (BFR) : reprĂ©sente le dĂ©calage de trĂ©sorerie provenant de l’activitĂ© courante de l’entreprise (l’exploitation).
Exemple de calcul du BFR pour le poste « créances clients »
HypothĂšse : les clients paient Ă  30 jours = 1 mois de CA ttc.
CA de dĂ©cembre 2009 = 31 861€ HT x 1.196 (taux de tva 19,60% en 2009 *) : crĂ©ances clients fin 2009 = 38k€ TTC
CA 2Ăšme annĂ©e : 118.8k€, crĂ©ances clients fin 2010 = 11.8k€
CA 3Ăšme annĂ©e : 130.7k€, crĂ©ances clients fin 2011 = 13k€
(*) taux normal de tva en 2018 Ă  utiliser : 20%, soit taux de conversion ht Ă  ttc sera 1,20.
Variation du BFR :
1Ăšre annĂ©e :   38 – 0 = 38k€   besoin de trĂ©sorerie
2Ăšme annĂ©e : 11.8 – 38 = -26k€        ressource de trĂ©sorerie
3Ăšme annĂ©e : 13 – 11.8 = 1.2k€        besoin de trĂ©sorerie
Pour les stocks : le calcul du BFR pourra se faire en nombre de jours d’achats stockĂ©s ; pour les fournisseurs : en fonction du dĂ©lais de paiement moyen.
– Variation de trĂ©sorerie : l’addition de la variation du FR avec la variation du BFR donnera ainsi la montant de la variation de trĂ©sorerie annuelle, et ainsi permettra de calculer le solde de trĂ©sorerie en fin d’annĂ©e.
Un solde de trésorerie négatif devra amener le gestionnaire à réagir et à revoir sa stratégie financiÚre :
– augmenter sa rentabilitĂ© : hausse des recettes, baisse des charges ;
– augmenter sa trĂ©sorerie : apport des associĂ©s, diminution du dĂ©lai de paiement accordĂ©s aux clients, renĂ©gociation du dĂ©couvert bancaire

StratĂ©gie financiĂšre qui impactera donc les autres politiques de l’entreprise (communication, comptabilitĂ©, qualité ).
Les prévisionnels financiers seront donc à corriger, à ré-estimer, en fonction des nouvelles actions stratégiques prévues.

* Le plan de trésorerie (mois)

– Le plan de trĂ©sorerie : rĂ©capitule les dĂ©penses et recettes prĂ©vues sur le compte de rĂ©sultat prĂ©visionnel annuel et le plan de financement annuel, ceci de maniĂšre mensuelle, pour celles et ceux encaissĂ©es ou payĂ©es uniquement.
– Le plan de trĂ©sorerie mensuel peut ainsi mettre en Ă©vidence une trĂ©sorerie nĂ©gative en cours d’annĂ©e, malgrĂ© une trĂ©sorerie finale positive en fin d’annĂ©e.
– Un solde nĂ©gatif supĂ©rieur au dĂ©couvert autorisĂ© devra amener le gestionnaire Ă  prendre les dispositions pour y remĂ©dier.

2) Les écarts entre : prévisions // réalisés

– Les prĂ©visions financiĂšres initiales Ă©tablies donnent ainsi des objectifs annuels Ă  respecter : un certain niveau de chiffre d’affaires, de charges, de dĂ©lai de rĂšglements des clients

– Afin de s’assurer que l’entreprise respecte bien ses objectifs annuels, nĂ©cessitĂ© de comparer le rĂ©alisĂ© par rapport au prĂ©visionnel, en cours d’annĂ©e.
– Pour chacun des Ă©tats prĂ©visionnels financiers Ă©tablis (compte de rĂ©sultat, plan de financement, plan de trĂ©sorerie) : rajouter des colonnes supplĂ©mentaires suivantes : « rĂ©alisé » / « écart » / « raison de l’écart » / « actions correctives ».
– Calcul des Ă©carts Ă  rĂ©aliser rĂ©guliĂšrement (mois, trimestre
).
– D’autres indicateurs financiers seraient Ă  suivre aussi en terme de trĂ©sorerie par ex : dĂ©lai de rĂšglement des crĂ©ances clients/des dettes fournisseurs ; dĂ©lai de rotation des stocks 
 Ă  indiquer dans un tableau de bord.
– Des indicateurs non financiers pourraient ĂȘtre suivis Ă©galement (indicateurs physiques qui mesurent la qualitĂ©, le traitement des commandes
 ; indicateurs ressources humaines ; indicateurs de suivi de projets ; indicateurs RSE).

3) Les états financiers prévisionnels ré-estimés

Le Prévisionnel financier annuel sera à ré-estimer :
– rĂ©guliĂšrement en cours d’annĂ©e, chaque mois ou chaque trimestre, en fonction de donnĂ©es rĂ©actualisĂ©es par rapport Ă  la rĂ©alitĂ© (ex : inflation rĂ©elle de 2% au lieu des 3% prĂ©vues sur les frais gĂ©nĂ©raux).
– lors de toute nouvelle dĂ©cision prise en interne (nouvel investissement par exemple) ou Ă©vĂšnement externe impactant l’entreprise (nouveau concurrent par ex),
Et ainsi amener l’entreprise en cours d’annĂ©e Ă  modifier sa stratĂ©gie.
Cette rĂ©-estimation est Ă  faire pour l’ensemble des Ă©tats prĂ©visionnels de rentabilitĂ© et de trĂ©sorerie.
Le calcul consiste Ă  rajouter aux montants rĂ©alisĂ©s Ă  une date donnĂ©e, les montants des dĂ©penses et des recettes pour les mois de l’exercice restant Ă  venir.

Conclusion
« gĂ©rer, c’est prĂ©voir »

La rĂ©alisation des Ă©tats financiers prĂ©visionnels initiaux, avant la crĂ©ation de l’entreprise ou avant le dĂ©but de l’exercice, permet ainsi d’adapter les orientations stratĂ©giques et les actions opĂ©rationnelles, dĂ©s le dĂ©part, afin de viser un Ă©quilibre financier de sa rentabilitĂ© et de sa trĂ©sorerie.

Le suivi des Ă©carts financiers entre le prĂ©visionnel et le rĂ©alisĂ© permet d’engager les actions correctives en cours d’annĂ©e par rapport aux raisons de ces Ă©carts.

La rĂ©alisation de prĂ©visionnels financiers rĂ©-estimĂ©s, en cours d’annĂ©e, permet de corriger sa stratĂ©gie si besoin afin de conserver un Ă©quilibre financier et de mieux piloter l’entreprise pour les mois restants Ă  venir.

L’ensemble de ces Ă©tats financiers de base pourront ĂȘtre dĂ©clinĂ©s en sous Ă©tats afin d’affiner la gestion (CA prĂ©visionnel par Direction RĂ©gionale / CA prĂ©visionnel par catĂ©gorie de produits
) afin de donner des objectifs prĂ©cis aux responsables.

Un tableau de bord synthĂ©tique de gestion pourra reprendre les principaux chiffres clefs (chiffre d’affaires, taux moyen de marge brute 
).

D’autres indicateurs importants de gestion pourront ĂȘtre suivis Ă©galement, financiers (dĂ©lai moyen de rĂšglements clients/fournisseurs 
), et non financiers (jours d’absences maladies, nombre de rĂ©clamations clients …), ainsi que des indicateurs RSE avec prise en compte des dimensions sociales, sociĂ©tales et environnementales.